L’éveil du sixième sens

Télécharger le PDF  Eveil_6_sens

Pendant des millénaires, les religions ont fait ressortir les limites de l’homme et surtout celles de la femme. A présent, les sciences assurent les limites énergétiques et les gouvernements, eux, celles des finances. Les églises prêchent, tout en cachant leurs crises internes, alors que les académies offrent des “certitudes” démenties par les découvertes récentes. L’eau est polluée et l’air est irrespirable, la terre tremble et le “feu” (pétrole) est dans les mains de peu de gens ; par contre, le travail manque au plus grand nombre. Ce dernier est-il vraiment nécessaire pour vivre ? A mon sens non. La joie et la possibilité d’exprimer ses talents sont plus efficaces, de même que la créativité, les innovations et une coopération intelligente et alignée sur le but principal : le bien-être individuel et collectif.

Et que dire de la richesse ? Viendrait-elle de la quantité d’argent ou d’or accumulée dans des dépôts « sûrs », comme nous l’avons cru ? Non, elle dépend de la qualité de nos actions et des buts que nous nous fixons, des conditions du milieu avec lequel nous communiquons et aussi et principalement de la conscience de tout ce qui se produit dans la nature. Là-haut comme ici-bas, il y a des changements considérables à des rythmes croissants, des changements que les médias ne reportent pas et que les sciences n’expliquent pas. Nous sommes « éduqués » à croire en un « savoir » qui les ignore, à utiliser des médicaments pour nous guérir et des armes pour nous détruire, à ne pas nous interroger sur le pourquoi, après tant de régimes politiques, les discriminations sociales sont restées intactes.

L’histoire connue a été marquée par la course à l’or, d’abord le jaune – un métal estimé – ensuite le noir – le pétrole – et maintenant le bleu, à savoir l’eau. La sécheresse est le problème que le monde ne pourra pas résoudre tant qu’il est divisé en des centaines d’états tous armés et devenu fou par la douleur. L’Italie « répudie la guerre » selon sa Constitution et, en 2017, elle dépensera 27 milliards d’euros à des fins militaires, soi-disant « nécessaires » pour combattre le terrorisme ! Et si c’était plutôt l’effet de la terreur avec laquelle on traite les peuples ?

Y a-t-il un mensonge, un “péché” qui nous pousse à accumuler des armes capables de détruire non pas une mais cent fois la planète entière ?

De fines gaines de Matière Blanche enveloppent les neurones, composés de matière grise, et les relient à grande vitesse.

Selon les trois religions monothéistes venant de la Bible, nous souffrons des conséquences d’un “péché” commis par nos aïeux, Adam et Eve, qui mangent le fruit défendu de l’arbre de la connaissance. D’après nombre de spécialistes, cet arbre serait notre système nerveux central. Si c’était le cas, le fruit “défendu” serait la bipolarité, cette façon de communiquer entre charges “contraires”, qui est typique de l’électricité et des idées qui induisent à se ranger avec un parti et à combattre le parti “opposé”.

Composé de 100 milliards de neurones, cet arbre sert à transmuter la volonté d’agir en des actions théoriquement libres et pratiquement conditionnées par notre croyance aux fausses… limites.

Cette croyance n’a jamais été vérifiée et elle a été publiquement démentie. On sait qu’une énorme énergie sombre jaillit du “vide” en imprégnant le tout, même les atomes qui composent nos corps. La science la mesure mais elle n’est pas capable de l’employer, alors que la conscience l’exprime de différentes façons – art et musique, créations et innovations – qui sont souvent réprimées par l’idée tenace qu’il faut “travailler à la sueur de son front”.

Notre cerveau est peuplé de cellules qui emploient beaucoup d’énergie sombre et peu d’électricité ; elles sont en forme d’étoile et ont des capacités spéciales, différentes de celles des neurones composant la matière grise – l’arbre de la connaissance. Les cellules étoilées – astrocytes – composent la Matière Blanche. Lorsque, après la mort d’Einstein, ils ont examiné son cerveau, la seule différence par rapport aux autres cerveaux a été la quantité de cellules étoilées bien supérieure à la norme. Aujourd’hui, à travers l’Imagerie par Résonance Magnétique (IRM), on peut observer l’activité du cerveau vivant et les surprises sont impressionnantes. L’énergie sombre est à son niveau maximal lorsqu’on se détend, on dort ou rêve, lorsqu’on écoute de la musique, on fait du sport et des activités créatives et récréatives, lorsqu’on ne travaille pas à la sueur de son front.

La bipolarité a dominé toute l’histoire connue, de même que la lutte entre le bien et le mal promue par les religions et/ou celle entre la gauche et la droite en milieu “démocratique”. Grâce à ses propres cellules étoilées, tout être humain est capable d’utiliser une mystérieuse énergie sombre et de faire de sa propre vie une œuvre d’art, en exprimant la Magie Naturelle évoquée par les sages, les poètes et les musiciens, racontée dans les fables enchantées, imprégnée dans ce rêve d’amour éternel qui s’estompe de plus en plus.

Ce qui est surprenant, à présent, c’est l’arrivée du prince.

Klimt – Danae – La pluie dorée qui féconde l’utérus n’est pas un mythe si on reconnaît la signification humaine des découvertes scientifiques.

C’est le sixième sens, à savoir l’utilisation de cette énergie “obscure” que nous ressentons comme la vérité et qui dévoile ce que le pouvoir nous cache grâce à la complicité des médias. Il y a tant d’exemples. Il suffit de mentionner les enquêtes sur les crimes d’excellence, telle l’affaire Kennedy ou Moro en Italie, ou l’attaque des Tours Jumelles attribuée à Ben Laden, ayant comme but de conserver les guerres et les conflits religieux.

De nos jours, de nouveaux idoles, slogans et “spiritualités” confondent notre mental “gris” qui croit aux limites énergétiques ainsi qu’au besoin de produire de l’énergie, de se protéger des maladies et/ou des “ennemis”.

Le sixième sens est une expression de la Matière Blanche, laquelle est liée à la matière grise ou, pour mieux dire, elle le serait si cette dernière n’avait pas été “éduquée” à croire à la bipolarité et à la lutte entre les “opposés” et encore à ce besoin de prendre parti. La culpabilité et la peur du jugement sont à la base de notre éducation scolaire qui est un mélange intelligent de demi vérités et de demi mensonges. L’une de ceux-ci est la séparation entre la lumière et les ténèbres que “dieu” aurait accompli il y a très longtemps et qui est, aujourd’hui, faussée par les effets que les “ténèbres” ont sur la “lumière”, à savoir les corps visibles. L’accélération inattendue de l’expansion universelle serait provoquée, en effet, par l’énergie “ténébreuse” (sombre) qui foisonne dans le “vide” et même dans les noyaux de nos cellules (sous forme d’acides aminés).

Il n’y a donc pas de séparation chez les organismes vivants !!!

Par contre, elle existe bien pour les religions qui croient à la Bible et pour les sciences incapables d’utiliser l’énergie obscure. Elle existe pour la politique qui est occupée à trouver des ressources et à imposer des taxes, à produire et à déployer des armes. Cette séparation est là aussi pour tous ceux qui travaillent à la sueur de leur front, car persuadés qu’il existe des limites.

Notre croyance aux limites est le plus grand mensonge de l’histoire écrite – 6000 ans remplis de nombre d’illusions qui ont caché les voies vers la liberté : les émotions.

D’après les sciences, les émotions sont sombres et souvent à ignorer ; d’après les religions, elles sont à contrôler et à séparer entre vices et vertus. Le sixième sens est l’intégrité de toutes les fonctions, l’union permanente entre l’éros fuyant et la psyché faisant face à sa peur et se libérant du “péché”. Ce dernier étant la croyance en la séparation entre la lumière et les ténèbres, entre la vie et la mort. En reconnaissant le rôle crucial de l’énergie sombre sur notre corps, sur l’éros ou la psyché, nous découvrons que la mythique pluie dorée n’est pas vraiment un mythe.

C’est le côté lumineux de la Force que notre Matière Blanche emploie de façon naturelle alors que la pauvre matière grise continue à être “éduquée” à ignorer. C’est le Fleuve de Vie qui imprègne le tout et tous les êtres, en dévoilant la raison pour laquelle des galaxies géantes et des particules minuscules se déplacent à des vitesses énormes sans aucun carburant. C’est la “pluie dorée” qui féconde l’utérus et le cerveau, en se manifestant en talents, créations et innovations et en montrant l’Univers en tant qu’Organisme Eternel et non pas un mécanisme comme on nous le raconte.

Nous ne pouvons ni ne voulons changer les convictions de ceux qui croient au “savoir” actuel. Nous voulons communiquer avec ceux qui tombent amoureux du “prince” ou plutôt du principe qui nous libère du rôle servile qui nous emprisonne. Il s’agit de la volonté créatrice et emplie de joie de vivre et de l’action alignée à un Projet grandiose : travailler pour exprimer ses talents et non pas par “condamnation”. C’est aimer la Vie en vue de la satisfaction des vrais besoins : amitié et respect, sincérité et bonheur.

Giuliana Conforto, traduit de l’italien par Salvo Vilardo

1 – Le temps et la pomme

En 20 secondes, il se passe des actions qui demandent beaucoup plus que 20 secondes.
Pour des milliers de personnes le temps perçu n’est pas égal au temps mesuré.
A la base des événements, il y a toujours ce même « mystère » : le temps !
Le temps linéaire est un concept judéo-chrétien fondé sur la bible…

2 – L’ombre des idées

Dieu qui contrôle le sexe…
L’Argent réservé à peu de gens…
La Dette propagée au plus grand nombre.
Ce sont les « valeurs » virtuelles d’une tyrannie en déclin : notre foi dans la réalité de l’horizon qui enchante le regard.
L’horizon enchaîne le mental à la vue et nous pousse à négliger les temps, les rythmes ultra rapides auxquels la Vie se renouvelle, des rythmes que notre cerveau émotionnel pourrait percevoir s’il n’était pas paralysé par la peur du jugement et des limites, toujours acceptées et jamais vérifiées.

3 – Les étoiles tomberont du ciel

Le cerveau humain est constitué d’environ 100 milliards de neurones. Il compte également des cellules gliales 10 à 50 fois plus nombreuses que les neurones. Les cellules gliales sont capables d’exécuter différentes tâches simultanément.

Considérées comme un soutien secondaire pendant des siècles, les gliales communiquent avec les neurones sans utiliser l’électricité qui est bipolaire.

Aujourd’hui, leur rôle est considéré comme primordial, mais leur mode de communication est inconnu…

L’univers Organique et l’Evolution Humaine

Les événements naturels suggèrent un réveil imminent et la fin d’une mentalité, confinée à la matrice. Y-a-t-il une gravité universelle? Non, si aujourd’hui l’expansion de l’univers accélère. Il n’existe même pas le temps universel avec lequel nous calculons tout, surtout les profits de quelques-uns et les dettes du plus grand nombre. Le drame de l’histoire humaine est l’utilisation consciente de la seule matière grise qui, comme Cendrillon, est liée à un rôle subordonné. Nous pouvons redécouvrir notre «chaussure perdue», utiliser consciemment notre Substance Blanche qui nous reconduit au rôle souverain. Elle est capable d’utiliser l’énergie sombre, de sentir qu’il n’y a pas de limites d’énergie ou de temps. Les événements naturels confirment la Révélation annoncée : l’alchimie organique qui implique l’antimatière, bouleverse les lois reconnues par la physique et révèle les univers infinis dont nous pouvons être les participants.

Illusions Coperniciennes

Sommes-nous sans ressources et éloignés de la principale source d’énergie, le « soleil »? Non, nous baignons dans une gigantesque illusion d’optique, alimentée par notre credo dans le Principe Copernicien. Le ciel est un ensemble de sphères cristallines, de tissus cellulaires qui reflètent des images infinies d’un même corps. Le ciel, une réalité ombragée, comme l’a justement affirmé Giordano Bruno. Des données récentes prouvent ce que les astronomes ptolémaïques  avaient laissé entendre il y a des millénaires. L’espace « creux » est comme une salle aux miroirs, il est rempli de plasma liquide et d’énergie sombre. Il est multidimensionnel et replié sur lui-même, à savoir composé de structures fractales qui répètent les mêmes formes à beaucoup d’échelles différentes et qui sont pareilles aux « sphères cristallines » dont parlaient les astronomes d’antan. En somme, l’espace « creux » est rempli de cristaux liquides, similaires à ceux qui sont utilisés dans nos écrans télé. Ainsi, l’espace « creux » peut prendre de nombreuses structures variées, en donnant l’illusion d’un espace infini qui, en fait, n’existe pas. Ces structures invisibles démentent le principe copernicien par lequel l’astronomie contemporaine calcule aujourd’hui les distances. En plus, ces structures  peuvent avoir subi des changements brusques qui ont modifié les lois physiques et les dimensions des corps, y compris ceux des humains. Ainsi, on peut expliquer pourquoi l’Atlantide était une grande civilisation, « disparue » à cause d’un soudain changement d’état – une solidification du « vide » qui se trouve aussi dans les atomes, même ceux qui composent les corps humains. Ce changement a accru la gravité, rendu plus aveuglante la lumière électromagnétique et plus faible la lumière faible…

La force qui est en train de changer le monde – Interview de Florinda Balli

 Florinda Balli est journaliste, traductrice et auteur. Elle s’intéresse en particulier à la psychologie, à la philosophie et à la spiritualité. Elle a publié en français La médecine des deux espace-temps (Ideabooks). http://www.mutamenti.ch

 

Florinda – Vous parlez d’un message adressé à l’humanité. De quel message s’agit-il ?

Giuliana – Du Message Vital dont parlent les Evangiles : Jésus, parlant de lui-même, se définissait comme le « Messiah », le Messager. Cette notion a été abolie au moment du premier Concile de Nicée, en 325 après J.-C., par le dogme selon lequel Jésus est « de la même substance que le Père » et par conséquent un « Dieu » qui a besoin de Ses « représentants » sur Terre pour communiquer avec les hommes. Le Message Vital se reconnaît dans le code génétique, ou ADN, dont l’évidente intelligence a été sous-estimée, ou même ignorée par les sciences qui n’observent que la lumière électromagnétique, portée par des messagers sans masse, les photons. Mais cette lumière n’est pas la seule existante. « Il y a une autre Lumière » disent les Evangiles. Cette Lumière, la physique la découvre enfin en 1973 : il s’agit d’une Force portée par des messagers massifs, les bosons, capables d’animer et de mouvoir (co-mouvoir) les macromolécules qui composent les organismes vivants.

Florinda – Pourriez-vous décrire plus précisément la différence entre la lumière électromagnétique et la Force dont vous parlez ?

Giuliana – La Force est la synthèse de deux forces bien connues – électromagnétique et faible – et est donc nommée Électrofaible. Sa découverte a valu plusieurs prix Nobel : pour la théorie d’abord, puis pour la preuve expérimentale effectuée au CERN de Genève. Définie comme une « nouvelle » forme de Lumière, la Force existe depuis toujours dans la Nature. Elle est à la fois une et trine, portée par trois types de bosons vecteurs (désignés comme W+, Z et W-) qui coopèrent entre eux, elle est omniprésente. La Force a les mêmes vertus attribuées à « Dieu » avec une surprise supplémentaire : le corps humain est en communion naturelle avec le flux des bosons neutres Z, que nous pourrions appeler « le côté lumineux ». Elle est invisible à nos yeux, mais perceptible sous forme d’émotions, de sensations ou d’intuitions. C’est selon moi ce fleuve de la vie dont parlait Héraclite il y a 2500 ans et dont tant d’autres sages, poètes et civilisations dites « primitives » nous ont laissé le témoignage.

Florinda – On n’a pas beaucoup parlé de ce flux dans les médias spécialisés en divulgation scientifique. Pourquoi ?

Giuliana – En effet il a été ignoré. Les relations entre ce flux et les métaux qui composent les instruments scientifiques sont rares et difficiles à observer. Ses relations avec les molécules organiques qui nous composent, mais qui d’habitude n’intéressent pas les physiciens, sont par contre faciles. Pour les reconnaître nous devrions abattre les « frontières » qui séparent la physique de la biologie et surtout remettre l’être humain, donc nous-mêmes, au centre de la recherche. En citant les Évangiles, nous pourrions dire que ce flux « sépare le bon grain de l’ivraie », c’est à dire le vivant de ce qui le pollue.

Florinda – Un peu comme l’alchimiste qui sépare le pur de l’impur ? 

Les trois phases de l’alchimie : l’œuvre au noir, l’œuvre au blanc, l’œuvre au rouge

Giuliana – Exactement : le flux des bosons Z peut favoriser le travail alchimique, le passage de l’œuvre au noir à l’œuvre au blanc, c’est à dire nous permettre de passer du chaos, lié à Saturne et à l’hiver, au Printemps Cosmique, l’aube d’une ère nouvelle. Selon moi c’est ce qui est en train d’arriver, ce qui explique que les « puissants » s’efforcent de provoquer des guerres.

Florinda – Mais pour quelle raison ?

Giuliana – Les « puissants » dominent le monde par la peur et « doivent » exaspérer cette peur pour conserver leur pouvoir, car la Force est en train de changer ce que nous avons cru immuable jusqu’ici : le temps. Le temps habituel est la durée du jour, liée à la rotation de la Terre qui est en train de… ralentir. Au cour de ces dernières 30 années on a été obligé, à 36 reprises, d’ajouter un « leap second » aux horloges atomiques. Ce qui signifie qu’il n’y a pas un temps unique sur lequel nous baser pour compter (dans les finances, dans le travail, dans les sciences etc.). Nous sommes à « la fin des temps », comme il est écrit dans l’Apocalypse de Saint Jean, et ce n’est pas la fin du monde, mais la Révélation du grand ŒUVRE qui compose les temps. Nous avons trouvé le « soulier de Cendrillon » et ce n’est pas un conte de fées mais la Matière Blanche, la partie la plus importante de notre cerveau. Cette Matière forme la « chaussure » de la matière grise – Cendrillon réduite à servante mécanique – et peut la restituer à un rôle de souveraine. La Matière Blanche utilise une énergie obscure et est composée de cellules spéciales en forme d’étoiles.

Florinda – Ce sont les cellules que l’on nomme astrocytes ?

Giuliana – En effet. Les astrocytes connectent à très grande vitesse les neurones, les cellules de la matière grise qui est en soi lente et rigide. C’est pour ce motif que l’on nomme la Matière blanche « le métro cérébral ». Selon les neurosciences c’est le siège biologique de la conscience, selon moi c’est ce sens d’identité qui nous accompagne indépendamment de l’âge et du moment historique. Je le décris dans ma dernière vidéo : UNIVERS ORGANIQUE ET L’EVOLUTION HUMAINE

Florinda – Notre sens d’identité est donc donné par les cellules de matière blanche du cerveau ?

Giuliana – Il est donné par son habileté à utiliser l’autre Lumière « obscure », le Message Vital ou flux des bosons Z, le fleuve de la Vie qui est éternel et unit tout être vivant à l’Univers infini. L’identité c’est le contact avec le Message Cosmique qui anime tous et que presque toute la « connaissance » ignore.

Florinda – C’est le message dont nous parlions avant ?

Giuliana – En effet et il mine toutes les formes de pouvoir puisqu’il crée une connexion entre chaque individu et toute la collectivité humaine, la terre et le ciel; le Message comporte une éthique naturelle, il n’a pas besoin d’une morale imposée, ni de lois qui nous lient à un temps unique et immuable. Le Message est comme un habile chef d’orchestre : il dirige les temps ou les rythmes infinis du Grand Œuvre.

Florinda – Nous sommes donc reliés au cosmos ?

Giuliana – Oui, nous sommes un avec tout et pas seulement à l’infime partie observée qui, selon les calculs ne représente que le 5% de la masse totale. Nous sommes unis également au 95% qui reste et que nous ne voyons pas, mais que nous pouvons sentir. Ce sont les effets de l’Intelligence Organique qui a créé la matrice.

Florinda – Vous dites donc que ce que nous voyons est une matrice; qu’entendez-vous par là ?

Giuliana – Je veux dire que nous sommes entourés par une réalité virtuelle dont nous voyons l’écran – l’espace-temps en 4D – et dont nous ignorons le cyberespace et le Message vital, le champ ou la Force qui le parcourt et qui nous donne la vie. S’il s’agit de la Force Électrofaible, cela confirme les enseignements millénaires de la tradition hermétique. Selon le Modèle Standard de la physique, les trois bosons (W+, Z et W-) sont en communion avec trois types de matière composés chacun de quatre particules, douze en tout, comme les apôtres autour de Jésus. Les trois types de matière peuvent composer les trois corps de chaque être humain : ceux que la tradition hermétique appelle physiqueéthérique et astral. Les trois sont mortels, mais en communion avec le corps éternel, composé par les trois bosons : le corps igné, ou de feu. Ce dernier représente l’identité éternelle que de nos jours nous pouvons reconnaître plus facilement car nous assistons à des événements bouleversants, dont l’apparition de l’antimatière.

Florinda – Que signifie l’antimatière ?

Giuliana – L’antimatière est une matière qui présente des charges et des rotations opposées à celles de la matière. Si la matière tourne dans le sens des aiguilles d’une montre, l’antimatière tourne en sens opposé et donc vient du futur qui… existe déjà. Nous ne sommes pas en mesure de le voir car il est caché par la « pomme », la magnétosphère qui nous entoure. C’est sans doute pour cela que « manger la pomme » est synonyme de « péché » : cela signifie ignorer cette éternité dont nous faisons partie. De nos jours l’antimatière apparaît brusquement partout, même dans les noyaux atomiques qui composent les corps physiques. En nous, cela prend la forme d’une sensation de changement total.

Florinda – Comment apparaît l’antimatière ? 

Giuliana – De beaucoup de manières différentes. La plus évidente est liée aux Flash Gamma Terrestres (TGF –Terrestrial Gamma Flashes – en anglais). Les sondes spatiales les observent dans la haute atmosphère, mais ils peuvent se manifester également au sol et être inobservables car l’atmosphère est opaque pour ces fréquences. L’on observe mille cent TGF par jour et chaque flash émet en quelques millisecondes autant d’énergie que le soleil en plusieurs milliards d’années. En outre les TGF précèdent les éclairs lumineux que nous observons à l’œil nu…

Florinda – Les flashes gamma portent de l’antimatière ?

Giuliana – Oui et ceci est un indice de leur provenance : un monde dans le futur qui existe déjà et qui se dévoile à l’improviste, ainsi que l’avaient annoncé de nombreuses prophéties à partir de l’antiquité. Les flashes gamma sont des processus nucléaires et ils ne sont pas nuisibles comme on le dit parfois; au contraire ils sont bienfaisants, ils participent au grand Projet de la Vie. Il s’agit de l’évolution génétique, un changement de la matière organique qui compose le corps humain et qui permet à ceux qui le veulent de devenir le sel de la terre. Comme par hasard les physiciens nomment aujourd’hui « saveur » le chiffre quantique qui dépend des relations entre un corps et le Message, relations qui en somme dépendent de notre volonté. Nous pouvons aujourd’hui contribuer à une nouvelle saveur du monde, accomplir l’alchimie organique.

Florinda – Vous parliez d’un changement de spin du corps humain, n’est-ce pas ?

Giuliana – Oui, il s’agit d’un alignement des spins nucléaires qui composent notre corps, une syntropie qui peut nous guérir du chaos ou de l’entropie qui cause la maladie, comme le prouve de nos jours une méthode de diagnostic bien connue, la Résonance Magnétique Nucléaire. L’alignement implique la cohérence avec le Projet de la Force et Son côté lumineux : la liberté individuelle et l’harmonie collective.

Florinda – Le côté lumineux de la Force… comme dans la Guerre des étoiles ?

La Trinité a toujours suscité l’intérêt des artistes

Giuliana – C’est l’un de ses nombreux noms. En fait c’est la communion ou le contact avec le Message Vital que nous ne voyons pas, mais que nous sentons comme sensation ou intuition, créativité ou innovation. Et l’attention au Message dépend de notre volonté.

Florinda – Vous donnez une interprétation particulière du terme « notre pain de chaque jour » qui, dans le Notre Père, paraît être la requête d’une nourriture matérielle. Qu’entendez-vous par là ?

Giuliana – A mon avis le « pain de chaque jour » est un paquet d’hormones sécrétées chaque nuit par nos glandes endocrines peu avant l’aube. Il s’agit de centaines d’hormones, de grosses molécules organiques qui sortent du néant et qui influencent nos humeurs. La sécrétion hormonale est dirigée par la glande pinéale qui se trouve au centre de la tête.

Florinda – Cette glande ne correspond-elle pas au chakra de la couronne ?

Giuliana – En effet et c’est une bonne occasion pour sortir de cette Babel de noms. Chakra, en sanskrit, signifie « roue ». Selon moi les chakras sont des trous blancs tournoyants  qui émettent de la matière (hormones) et sont en contact instantané avec les trous noirs qui eux l’absorbent. L’existence des trous noirs dans le ciel est bien connue. Si les chakras sont des trous blancs tournoyants, il y a communion entre chaque être humain et l’Univers. Giordano Bruno parlait de « fils invisibles » qui le reliaient au tout. Aujourd’hui nous pouvons comprendre que le corps humain est un terminal Intelligent d’une réalité cybernétique.

Florinda – Une réalité que l’on pourrait comparer à internet ?

Giuliana – Bien sûr, mais avec en plus l’élément crucial qui manque à internet : le Message Vital. Les « fils invisibles » ont été retrouvés. Une équipe mondiale d’astronomes a étudié les mouvements de 100 000 galaxies et a reconnu qu’ils sont tous alignés sur des fils (voir la video). Le champ électromagnétique emploierait des milliards d’années pour les aligner. Qu’est-ce qui les relie à l’instant ? Le Message, le flux des bosons neutres que les physiciens appellent maintenant « courant neutre faible ». Quelque soit le nom qu’on lui donne, il cause les mouvements qui nous unissent au tout, ceux que nous pouvons sentir comme é-motions (mouvements du sang – hémo signifie sang en grec), les expressions de cette Force extraordinaire qui se nomme Vie et qui est capable de surmonter les catastrophes, de mourir et de renaitre.

Florinda – Vous pensez qu’un grand changement est imminent sur terre ?

Giuliana – Je crois que oui, et non seulement sur la surface, mais aussi dans le ciel en haut et en bas, dans le cœur de la Terre. Mais surtout dans la sensibilité humaine. Les mouvements en bas sont observés par les géophysiciens qui étudient la propagation des tremblements de terre, qui sont au fond des ondes acoustiques. Ces mouvements n’ont que peu d’écho dans les médias, qui suivent davantage les astrophysiciens qui n’étudient que les lumières c’est-à-dire les ondes électromagnétiques. En outre l’antimatière a été observée également dans les noyaux atomiques et donc elle pourrait se trouver dans nos corps où elle serait perçue comme projet, changement imminent.

Florinda – Selon certaines théories ésotériques nous avons sept corps.

Giuliana – Exactement. J’ai dit, pour simplifier, que la Force communique avec trois types de matière, mais il est prouvé qu’elle communique également avec trois types d’antimatière. Les trois types de matière tournent dans le sens de aiguilles d’une montre et vont du passé vers le futur. Les trois types d’antimatière font l’inverse (tournent dans le sens horaire contraire) et le corps igné est l’éternel présent. Avec l’éveil de la Force les sept corps peuvent être les sept notes d’une octave. Leur syntonie est le mariage alchimique qui autrefois était réservé à quelques héros et qui maintenant, grâce à l’éveil de la Force, sera à la portée de tous ceux qui le veulent.

Florinda – Selon certaines écoles ésotériques, il y aura des personnes qui changeront de vibration et seront en harmonie avec les temps, tandis que d’autres non. Le pensez-vous aussi ?

Giuliana – Oui, je pense qu’il y aura probablement une sélection, une auto sélection au fond. Attention aux noms trompeurs : les « vibrations » sont des effets éphémères, liés à la lumière électromagnétique illusoire. Les rotations, ou spins, concernent les noyaux atomiques qui ont une masse égale au 99,99% de chaque corps. Si les rotations du « cœur » changent, le saut est pratique et réel. De toutes façons nous sommes dans une réalité cybernétique qui au fond est une école d’émotions, dont le but est leur compréhension, nécessaire pour se fondre avec l’identité véritable, le corps de lumière qui lui est éternel et ne meurt pas. 

Florinda – Peut-on dire quand se fera le saut ?

Giuliana – C’est très difficile car cela dépend aussi de nous. Beaucoup l’ont déjà accompli ou sont en train de l’accomplir individuellement. Le saut collectif devrait se faire dans quelques années. La petite pomme – la magnétosphère terrestre – est en train de se dissoudre à une vitesse accélérée. Selon la science académique il s’agit d’un « bouclier protectif », mais ceux qui sentent et aiment la Vie savent que celle-ci est une Force cosmique et n’a aucun besoin de protection. Il y a maintenant une autre nouveauté, observée par la NASA également : la reconnexion magnétique entre la petite magnétosphère terrestre et la Grosse Pomme qui entoure tout le système solaire, l’héliosphère. Celle-ci invertit sa direction tous les onze ans. Sa prochaine inversion devrait avoir lieu en 2025 et pourrait impliquer également celle de la petite pomme.

La Trinité dans la Crucifixion

Florinda – Le changement amènera des catastrophes ?

Giuliana – Le changement est déjà évident dans des événements naturels qui ont lieu et qui n’amènent aucune catastrophe. Selon moi celles-ci seront dues aux conflits humains plus qu’à la Nature. Pour cette raison les « élus » ou auto-élus pourront jouer un rôle important. La Nature monte dans l’échelle céleste dont les marches sont les spins. Ceux qui participent à l’ascension – c’est-à-dire ceux qui agissent dans la pratique pour le bien commun – changent leurs relations avec le Message qui devient plus intense et favorise la montée des autres qui sont prêts à abandonner l’échelon inférieur. Ce dernier est dominé par la croyance dans le bipolarisme et la lutte entre des supposés « contraires », c’est l’échelon qui nous a rendu « ennemis ». L’ascension nous rend amis, disposés à aimer le prochain, à abandonner les armes et les productions nocives, à outrepasser les limites, c’est à dire à comprendre qu’elles sont fausses.

Giuliana Conforto, entretien Florinda Balli

Giordano Bruno et l’Amour

« Une Force Unique, l’Amour, unit et engendre des mondes infinis » Giordano Bruno (1548-1600). Cette Force a été révélée au CERN de Genève, dans les années 80. Ses trois messagers apportent la force nucléaire « Electrofaible ». Elle anime trois mondes matériels et les  mondes infinis sont la combinaison infinie de trois éléments, Air, Eau, Terre. « Le Feu, l’Amour, les gouverne tous ». « Que l’homme ne sépare pas ce que Dieu a uni ». Cela concerne-t’il le mariage, comme l’église l’affirme ?  Non, c’est la fausse « division» entre sexe et esprit, visible et invisible, eros et psyqué. « Nous ne pouvons voir que les ombres, les effets apparents. Croire que l’on est mu et touché par les aspects visibles des choses est une stupidité manifeste… » Bruno a dit que d’infinies réalités virtuelles sont possibles. Invisible, délicat mais puissant, le coté faible meut le soleil et les autres étoiles. C’est la seule force qui touche la note principale de la VIE, la préférence pour les rotations à gauche, Tel un Feu qui ne brûle  pas, la faible Lumière Lourde descend des étoiles, des fréquences originelles, très élevées à celles basses que l’on observe. La Lumière Lourde peur replier nos protéines en un clin d’œil. Nous pouvons nous guérir nous même, si nous reconnaissons l’INTELLIGENCE et la façon de s’exprimer de la Lumière lourde.

La lutte inutile des idées

Alors qu’en Europe le débat tourne autour de l’austérité et la prospérité, tout est en train de changer soudainement et rapidement. La véritable crise n’est pas seulement politique et financière, mais aussi et principalement humaine et culturelle. A mon avis, nous sommes arrivés au nœud du problème. Une fausse conception de la réalité.

“Une seule Force unit et engendre des mondes infinis et intelligents” disait Giordano Bruno. Pourtant, les Sciences de l’Espace ne les voient pas. Les sondes mettent neuf ans pour rejoindre Pluton et découvrent des planètes similaires à la Terre, “distantes” de milliers d’années lumière de celle-ci. Elles “oublient”, par contre, les types  différents de matière qui se trouvent ici-bas. L’espace nous apparaît “creux”, mais il est plein de matière et d’énergie sombre, lesquelles sont à même de composer des mondes infinis et intelligents, en communion naturelle avec le monde observé.

Le climat oscille entre sécheresse extrême, averses destructrices et tornades qui ont parfois leur propre personnalité. Et s’il s’agissait du passage de vaisseaux spatiaux composés de matière sombre ? On expliquerait alors pourquoi ils créent de la vapeur, c’est-à-dire des nuages : la matière sombre émet de la chaleur et ne reflète pas la lumière électromagnétique, qui est le seul type de lumière que l’astronomie observe, fidèle au principe copernicien, pourtant démenti par de nombreuses recherches. Voir mon livre Petit Soleil. L’espace peut se comporter comme une salle aux miroirs courbes et sélectifs, à savoir capables de fausser les distances et les dimensions des corps et de montrer que les images sont les ombres des idées – donc illusoires – d’après G. Bruno. Les planètes similaires, “distantes” de milliers d’années lumière les unes des autres, pourraient être des reflets et Pluton, lui, le reflet froid d’une Terre chaude.

“Croire aux catégories d’espace et de temps est une stupidité évidente”, affirmait G. Bruno au XVIe siècle. Les experts diffusent les découvertes de la NASA sans suspecter les conséquences humaines et sociales d’un “savoir” qui croit en un espace “creux” et en un temps unique sur lesquels se basent les finances.  Sur ce cadre illusoire, la lutte des idées est un jeu inutile, une tragicomédie qui, tout en changeant de personnalités et de régimes politiques, conserve depuis des millénaires la distribution inégale de la richesse et rend ce monde un enfer.

Août 2015 : dans le ciel il y a le carré Saturne-Jupiter, l’un symbolisant l’austérité et l’autre la prospérité ; sur Terre, on continue de débattre les mêmes idées… en vain. Un pur hasard ? Non, plutôt un indice de la conspiration perpétrée par un “savoir” qui méconnait l’Univers infini qui est Un, dit G. Bruno : c’est l’Etre Organique et Intelligent composé de mondes infinis et intelligents, chacun ayant son propre type de matière et son propre temps. Des mondes invisibles mais qui ont des effets enfin reconnaissables.

L’astrophysique a reconnu la cohérence instantanée des mouvements de cent mille galaxies qui nous apparaissent “distantes” de millions d’années lumière ! Et nous, on souffre pour une poignée d’euros “certifiés” par les banques…
Nous sommes dans une réalité ombragée, selon G. Bruno. Dans notre langage moderne : nous sommes dans une matrice. Une matrice que nous pouvons, enfin, modifier sans besoin de lutter, mais seulement en reconnaissant cette vérité sublime qu’est la Vie universelle, la seule Force qui relie des mondes infinis.

La lutte des idées – austérité et prospérité – est le jeu d’un “pouvoir” impuissant à changer les choses.

La véritable puissance est la conscience humaine, jusqu’à présent paralysée par la peur de notre mental qui nous fait croire être seuls et abandonnés sur une planète sans ressources et qui est rivée à l’espace “creux” et au temps unique comme étant à la base de toute discipline. Est-ce des lois de la nature ? Non, ce sont des inventions humaines dictées par la méconnaissance de l’infinité des mondes et des temps. J’en parle dans mes ouvrages sous de différents perspectives.

Giuliana Conforto